Accouchement: arrivée d'un médicament tout-terrain empêchant les hémorragies

Consultation dans un hôpital en Ethiopie
Consultation dans un hôpital en Ethiopie © BERAUD / BSIP

Accouchement: arrivée d'un médicament tout-terrain empêchant les hémorragies

Publié le 11/07/2018 à 11H43

Près de 70.000 femmes décèdent d'hémorragies consécutives à leur accouchement. Un nouveau médicament est à même de prévenir ces cas. S'il n'est pas révolutionnaire dans sa formule, il l'est par sa stabilité, quelle que soit la température extérieure et le degré d'humidité. Une avancée qui va sauver de nombreuses vies de parturientes, mais aussi de leurs nouveau-nés.


L'Organisation Mondiale de la Santé (l'OMS) vient de révéler la mise sur le marché d'une nouvelle molécule qui va probablement sauver la vie de nombreuses femmes, mais aussi celles de leurs bébés. En effet, l'un des principaux problèmes des jeunes mères est l'hémorragie post-partum (consécutive à un accouchement). Dans des conditions difficiles, le décès de la mère peut aussi entraîner celui de l'enfant auquel elle vient de donner vie.

Jusque là, le produit qui était prescrit en première intention était l'ocytocine, qui endigait en effet les hémorragies. Mais ce produit devait impérativement être stocké et transporté entre 2 et 8 degrés Celsius, ce qui le disqualifiait pour traiter les femmes prises en charge dans des conditions rudimentaires.

Nouveau remède
Une étude publiée dans New England Journal of Medicine démontre que le nouveau produit, la carbétocine thermostable, offre les mêmes résultats que l'ocytocine pendant au moins 3 ans, même si elle est stockée à 30 degrés Celsius et par 75% d’humidité relative. «C’est une avancée très encourageante qui pourrait révolutionner notre capacité à maintenir en vie les mères et les nourrissons», déclare le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

Grande étude
Le produit a été testé sur une cohorte (très grand échantillon) de 30.000 femmes ayant accouché par voie basse dans 10 pays parmi lesquels l'Afrique du Sud, l'Egypte, le Kenya, le Nigeria et l'Ouganda.

Chaque femme a aléatoirement reçu une seule injection de carbétocine thermostable ou d’ocytocine, immédiatement après la naissance de son enfant. L’étude a révélé que les deux médicaments étaient aussi efficaces pour prévenir les saignements excessifs après la naissance. «La mise au point d’un médicament pour prévenir les hémorragies du post-partum qui reste efficace dans des conditions chaudes et humides est une très bonne nouvelle pour les millions de femmes qui accouchent dans des régions du monde privées d’accès à une réfrigération fiable», déclare le Dr Metin Gülmezoglu, du Département Santé reproductive et recherche de l’OMS.

L’essai ayant donné des résultats positifs, les parties vont maintenant s’efforcer d’améliorer l’accessibilité économique de ce médicament salvateur dans les pays à forte charge de mortalité maternelle, comme le Nigeria.

Par Frédérique Harrus