Afrique du Nord: le Réseau des partis démocratiques est né à Sousse

Plaidoyer pour la réouverture des frontières entre l’Algérie et le Maroc, fermées depuis 1994.
Plaidoyer pour la réouverture des frontières entre l’Algérie et le Maroc, fermées depuis 1994. © FAROUK BATICHE / AFP

Afrique du Nord: le Réseau des partis démocratiques est né à Sousse

Publié le 16/04/2018 à 17H04

Onze partis nord-africains, réunis en Tunisie, ont décidé de créer un Réseau des partis démocratiques. Ils se veulent progressistes et imaginent une alternative à la moribonde UMA (Union du Maghreb arabe).


Date et lieu de naissance: 16 avril 2018 à Sousse (Tunisie). Nom: Réseau des partis démocratiques dans la région d’Afrique du Nord. Ils rêvent d’une autre Afrique du Nord. Constat: l’UMA est moribonde depuis plusieurs années, les voisins ne se parlent plus ou presque. Onze partis politiques «progressistes et démocratiques», réunis les 14 et 15 en Tunisie, ont décidé de créer une haute instance provisoire dénommée «Réseau des partis démocratiques dans la région d’Afrique du Nord».

Outre le mouvement tunisien Machrou Tounes, à l’origine de l’initiative, l’instance regroupe les partis Authenticité et modernité, l’Union socialiste des forces populaire et le Front des forces démocratiques (Maroc) ainsi que Talaie El Hourriyet, le Front El Moustakbal et Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (Algérie), en plus de trois partis libyens Haraket El Moustakbal, Libya Al-Omma et le Parti de la coalition républicaine, et du parti mauritanien Rassemblement pour la Mauritanie.


Ils rêvent d'une autre Afrique du Nord, en lieu et place de l'Union du Maghreb arabe (UMA), en coma prolongé depuis de nombreuses années. Le président du parti laïc algérien Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a plaidé à Tunis pour la réouverture des frontières entre l’Algérie et le Maroc, fermées depuis 1994. «La fermeture de la frontière entre l’Algérie et le Maroc est une inconséquence qui ne peut être expliquée par aucun argument rationnel. Plus d’un demi-siècle après les indépendances, nos Etats se tournent le dos quand ils ne cultivent pas les animosités et n’amplifient pas les divergences», s’indigne-t-il. 

Transcender les intérêts nationaux. Les initiateurs du Réseau veulent trouver des dénominateurs communs pour une meilleure coopération entre voisins. «Les liens géographiques, historiques et civilisationnels entre les peuples de l’Afrique du Nord imposent la coopération économique, politique, culturelle et régionale. Ils imposent également la coordination entre leurs positions solidaires par rapports aux questions justes», affirment-ils dans un communiqué.  

Conscients de la fragilité de cette nouvelle instance, les onze partis sont convenus de se réunir avant la fin de l’année 2018 à Tanger (Maroc). Et d'accueillir les partis démocratiques qui souhaitent les rejoindre. 

Par Géopolis