Au Zimbabwe, les trains sont à l’arrêt

Au Zimbabwe, les trains sont à l’arrêt

Mis à jour à 15h55, publié le 09/10/2018 à 13H34

Depuis de nombreuses années, le Zimbabwe, pays d'Afrique australe en proie à une grave crise financière, est dans une situation économique très difficile. Ses finances publiques sont catastrophiques et le service ferroviaire en fait les frais.

Huit photos de Siphiwe Sibeko illustrent ce propos

le moyen de transport préféré d’une grande majorité des Zimbabwéens était le train. Mais la situation économique du pays, après des décennies sous la direction de l'ancien président Robert Mugabe, s’est considérablement dégradée.
1 / 8 Autrefois,

le moyen de transport préféré d’une grande majorité des Zimbabwéens était le train. Mais la situation économique du pays, après des décennies sous la direction de l'ancien président Robert Mugabe, s’est considérablement dégradée.

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
n’a pas échappé à ce déclin économique. Comme dans la plupart des autres pays pauvres du sud du continent, il est mal entretenu et en très mauvais état.
2 / 8 Le service ferroviaire public

n’a pas échappé à ce déclin économique. Comme dans la plupart des autres pays pauvres du sud du continent, il est mal entretenu et en très mauvais état.

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
les toilettes sont sales et le chauffage ne fonctionne pas. Les systèmes de signalisation et d'information sont souvent vandalisés. Les mauvaises herbes envahissent les voies. Et trop lents, ils arrivent la plupart du temps en retard.
3 / 8 Les voitures sont mal éclairés,

les toilettes sont sales et le chauffage ne fonctionne pas. Les systèmes de signalisation et d'information sont souvent vandalisés. Les mauvaises herbes envahissent les voies. Et trop lents, ils arrivent la plupart du temps en retard.

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
et maintenant peu de passagers utilisent encore ce moyen de transport, déclare à Reuters Gilbert Mthinzima Ndlovu, allongé dans une cabine de première classe mal éclairée pendant un trajet de nuit.
4 / 8 «Les temps ont changé

et maintenant peu de passagers utilisent encore ce moyen de transport, déclare à Reuters Gilbert Mthinzima Ndlovu, allongé dans une cabine de première classe mal éclairée pendant un trajet de nuit.

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
et agent de sécurité des chemins de fer nationaux du Zimbabwe (NRZ) pendant 35 ans, regrette l'époque où les trains étaient pleins et arrivaient à l'heure. Aujourd’hui, un trajet de 10 heures peut prendre 16 heures».
5 / 8 Ce vétéran de la guerre d'indépendance des années 70,

et agent de sécurité des chemins de fer nationaux du Zimbabwe (NRZ) pendant 35 ans, regrette l'époque où les trains étaient pleins et arrivaient à l'heure. Aujourd’hui, un trajet de 10 heures peut prendre 16 heures».

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
que de nombreux Zimbabwéens préfèrent faire le trajet en bus ou en taxi collectif plutôt que de supporter un trajet en train, même si celui-ci coûte moitié prix.
6 / 8 Il n’est donc pas surprenant

que de nombreux Zimbabwéens préfèrent faire le trajet en bus ou en taxi collectif plutôt que de supporter un trajet en train, même si celui-ci coûte moitié prix.

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
le groupe logistique sud-africain Transnet a remporté une offre conjointe de 400 millions de dollars pour la recapitalisation de NRZ et la résolution de certains problèmes, notamment l'acquisition et la remise à neuf des wagons.
7 / 8 En 2017,

le groupe logistique sud-africain Transnet a remporté une offre conjointe de 400 millions de dollars pour la recapitalisation de NRZ et la résolution de certains problèmes, notamment l'acquisition et la remise à neuf des wagons.

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
et l’amélioration du service public ferroviaire, les passagers prennent leur mal en patience.
8 / 8 En attendant des jours meilleurs

et l’amélioration du service public ferroviaire, les passagers prennent leur mal en patience.

© SIPHIWE SIBEKO / REUTERS

Laurent Filippi (avec Reuters)