«Esclavage héréditaire»: la Mauritanie en colère contre les Etats-Unis de Trump

8e Forum de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (AGOA) à Nairobi, au Kenya, le 5 août 2009.
8e Forum de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (AGOA) à Nairobi, au Kenya, le 5 août 2009. © ROBERTO SCHMIDT / AFP

«Esclavage héréditaire»: la Mauritanie en colère contre les Etats-Unis de Trump

Publié le 06/11/2018 à 14H49

Le gouvernement mauritanien a dénoncé la décision des Etats-Unis de lui retirer le statut de partenaire commercial privilégié en Afrique, en raison de la persistance de pratiques de «travail forcé» et «d'esclavage héréditaire», selon Washington. La portée de cette décision est essentiellement symbolique, étant donné le faible volume des échanges entre les deux pays.


Ce retrait, effectif au 1er janvier 2019, a été décidé la semaine dernière par le président Donald Trump à l'occasion de la révision annuelle du programme Agoa (Africa Growth and Opportunity Act, loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique), selon le bureau du Représentant au Commerce des Etats-Unis.

Nouakchott ne décolère pas. «Cette décision est une trahison des relations d'amitié entre les deux pays et une négation de nos efforts dans le domaine» de l'éradication des pratiques esclavagistes, a déploré sur Twitter le porte-parole du gouvernement mauritanien, Mohamed Ould Maham. 


«M. Trump aurait-il pris cette décision s'il s'attendait à un contrat de vente d'armes de 110 milliards de dollars avec nous?», a-t-il ajouté dans un autre tweet, en référence au montant des commandes militaires saoudiennes évoqué par le président américain pour expliquer sa réticence à suspendre les ventes d'armes à Ryad après l'affaire Khashoggi.


La portée de cette décision est essentiellement symbolique, étant donné le faible volume des échanges entre les deux pays. La Mauritanie a importé en 2017 pour 80 millions d'euros de marchandises américaines et exporté vers les Etats-Unis pour une valeur globale de 1,33 million d'euros, selon des statistiques officielles mauritaniennes. 

Peut mieux faire. Selon Washington, «la Mauritanie n'a pas fait assez de progrès dans la lutte contre le travail forcé, en particulier la lutte contre l'esclavage héréditaire» et son gouvernement «continue à restreindre la capacité de la société civile à s'exprimer sur les questions d'esclavage».
 
La question de l'esclavage, officiellement aboli en 1981, et de ses séquelles, divise toujours la société mauritanienne. Des centaines de milliers de Mauritaniens sont des descendants d'esclaves, dont certains restent assujettis à leurs anciens maîtres, malgré des «avancées» dans les lois et condamnations contre ces pratiques, affirment des militants et des spécialistes.
 
La Mauritanie a adopté en août 2015 une loi faisant de l'esclavage un «crime contre l'humanité» réprimé par des peines allant jusqu'à 20 ans de prison, contre 5 à 10 ans auparavant, mais la situation n'a guère évolué dans les faits, selon des ONG.
 
Depuis le début de l'année, la justice, au moyen des tribunaux spécialisés dans ces dossiers, institués en décembre 2015, a pourtant frappé fort, avec notamment des peines de 10 et 20 ans de prison.

Par Géopolis (avec AFP)