Exode rural en Chine: des millions d'enfants livrés à eux-mêmes

Des millions d'enfants chinois vivent sans leurs parents.
Des millions d'enfants chinois vivent sans leurs parents. © AFP

Exode rural en Chine: des millions d'enfants livrés à eux-mêmes

Publié le 18/06/2015 à 13H48

Ils subissent de plein fouet la mondialisation. Des millions de petits Chinois vivent loin de leur parents. Parfois, ils sont livrés à eux-mêmes sans soutien d’un adulte. Père et mère sont partis travailler à la ville. Les enfants le payent parfois de leur vie.


Un fait divers rappelle tragiquement quelle peut-être la vie de millions d’enfants en Chine. Dans un village de la préfecture de Bijie, un enfant de 15 ans (lien payant) a empoisonné ses trois sœurs (la plus jeune avait trois ans) avant de se donner la mort. Depuis trois mois, la fratrie était livrée à elle-même.

La mère avait quitté le domicile familial il y a un an pour gagner sa vie à la ville. Le père en a fait autant, laissant ses enfants avec une réserve de 500 kilos de maïs et 25 de viande en conserve. Dans un mot, le garçon a écrit tout son mal être.

Il y a trois ans déjà un drame du même genre avait frappé la ville de Bijie. Cinq enfants vivaient dans la rue. On les a retrouvés mort dans une benne à ordures, asphyxiés par le feu qu’ils avaient allumé pour se réchauffer.

Depuis 2008, c’est au moins le sixième cas dans le pays de suicide d’enfants livrés à eux-mêmes. On les appelle Liushou ertong, les enfants de l’arrière, comme on dit «ceux de l’arrière» par rapport aux soldats du front. 

Exode rural
Ainsi, Ils seraient soixante millions à vivre avec leurs grands-parents. C’est la conséquence de l’exode rural. On les trouve dans les régions les plus pauvres et les plus reculées. Main d'œuvre bon marché, les parents sont partis à la ville pour trouver du travail et gagner leur vie.

Or, vu les conditions de vie plus que précaires, il n’y a pas de place pour les enfants. Et le «hukou», le permis de résidence, ne contribue pas au regroupement familial. 

En effet, les allocations, la protection sociale, le droit à l’éducation sont attachés au lieu de naissance et non à celui de la résidence. Les parents à la recherche d’un emploi n’ont souvent pas d’autre choix que de laisser les enfants auprès des grands-parents. Et si on parle d’une réforme de ce «hukou», les autorités veulent surtout favoriser les villes de l’intérieur du pays.

Vivre sans adulte
La plus grande chance de ces enfants, c'est d’être élevés par des grands-parents valides. Le pire est d’être condamnés à la débrouille. Selon l’Unicef, 10% des enfants de migrants vivent sans adultes, s’occupant des tâches quotidiennes. Dans la province du Guizhou (34 millions d’habitants), l’une des plus pauvres de Chine, 40% des enfants vivent sans adulte.

Depuis 2012 et le premier drame, la ville de Bijie alloue chaque année une somme de 10 millions de dollars pour venir en aide aux enfants livrés à eux-mêmes. Visiblement cela ne suffit pas, ce qui ne surprend pas Tang Jun, chercheur à l’Académie chinoise des sciences sociales. Cité dans le China Daily (lien en anglais), il estime que les mesures du gouvernement ont échoué. «Personne ne peut remplacer les parents, et le mieux est que les enfants suivent lorsque les parents migrent vers une autre ville.»

Par Jacques Deveaux