Indonésie: le gouverneur chrétien de Jakarta battu par son rival musulman

Basuki Tjahaja Purnama, alias Ahok, battu au second de l'élection du gouverneur de Jakarta (19 avril 2017).
Basuki Tjahaja Purnama, alias Ahok, battu au second de l'élection du gouverneur de Jakarta (19 avril 2017). © REUTERS - Beawiharta

Indonésie: le gouverneur chrétien de Jakarta battu par son rival musulman

Mis à jour le 19/04/2017 à 15H42, publié le 05/12/2016 à 17H49

Le gouverneur chrétien sortant de Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama, alias Ahok, en procès pour insulte à l'islam, a été nettement battu par son rival musulman le 19 avril 2017 à l'issue d'un scrutin marqué par de fortes tensions religieuses en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde.


Ahok a recueilli 42% des suffrages contre 58% pour l'ancien ministre de l'Education musulman Anies Baswedan, selon des estimations provisoires d'instituts de sondage basées sur le décompte de 100% des bulletins de vote.
 
Cette élection met en exergue l'influence croissante de musulmans conservateurs partisans d'une ligne dure dans ce pays de 255 millions d'habitants pratiquant en grande majorité une forme d'islam modéré. Des islamistes radicaux ont organisé ces derniers mois des manifestations de masse contre le candidat chrétien jugé pour blasphème.

Le scrutin était aussi un terrain d'affrontement entre grands acteurs politiques du pays qui considèrent l'influent poste de gouverneur de la capitale de 10 millions d'habitants comme un tremplin pour l'élection présidentielle de 2019.

Ahok était en ballotage. Au premier tour, le gouverneur sorta,t a recueilli 43% des suffrages, devant  Anies Baswedan, soutenu par l'ex-général Prabowo Subianto (candidat à la présidentielle de 2014), crédité de 40%, et Agus Yudhoyono (17%), fils aîné de l'ancien président Yudhoyono.

La cote de popularité de Basuki Tjahaja Purnama s’est effondrée dans les études d’opinion. Longtemps favori des sondages, Ahok a été désavoué dans les urnes après une affaire de blasphème qui a éclaté fin 2016 et provoqué des manifestations ayant réuni des centaines de milliers de participants dans la capitale. Ils étaient encore plus de 100.000 le 11 février à la grande mosquée de Jakarta, pour appeler à voter en faveur d'un candidat musulman.

Jakarta, le 2 décembre 2016: manifestation contre le gouverneur Ahok. Jakarta, le 2 décembre 2016: manifestation contre le gouverneur Ahok. © GOH CHAI HIN / AFP


Retour sur les manifestations
Le 2 décembre 2016, au moins 200.000 Indonésiens avaient défilé à Jakarta. Ils réclamaient la condamnation du gouverneur de la ville qui, selon eux, a insulté le Coran. Basuki Tjahaja Purnama était alors en campagne pour un 2e mandat.

Si cette dernière manifestation à l’appel d’organisations islamiques concervatrices se voulait pacifiste – de nombreux manifestants étaient vêtus de blanc –, les précédentes l’étaient moins (des centaines de blessés le 4 novembre 2016). Les grandes organisations islamiques, elles, se sont désolidarisées du mouvement, appelant pour certaines à ne pas participer à la manifestation. 


Les fondamentalistes musulmans, qui défient le pouvoir depuis octobre 2016, réclament la tête de Basuki Tjahaja Purnama, qu’ils accusent d'avoir insulté l'islam. 

Depuis quelques années, ces derniers ont gagné en influence en Indonésie, où les tenants d’une ligne dure ont favorisé une montée de l'intolérance. Un groupe indonésien affilié au Jabhat Fatah al-Cham (anciennement Front al-Nosra) en Syrie a même appelé sur les réseaux sociaux, début novembre, à punir Ahok, ou «nous le ferons avec des balles».

La Constitution indonésienne reconnaît officiellement six religions, mais la majorité des 255 millions d'habitants sont des musulmans qui pratiquent un islam modéré.

Vidéo TRT World mise en ligne le 4 novembre 2016.


Les causes de la polémique
Dans la course pour un deuxième mandat de gouverneur le 15 février 2017, Ahok, chrétien d’origine chinoise qui caracolait en tête des sondages il y a quelques mois, s’est attiré en septembre 2016 l’ire de cette frange dure.

Lors d’un meeting de campagne, il a reproché à ses deux challengers musulmans l'utilisation du Coran pour tenter de convaincre les électeurs. Et déclaré erronée l'interprétation par certains oulémas d’un verset (al-Maidah 51) du Coran selon laquelle un musulman ne devrait élire qu’un dirigeant musulman.

La suite? Ahok a dû faire des excuses publiques, mais la polémique a continué d’enfler, alimentée par les islamistes radicaux. Ceux-là mêmes qui avaient déjà tenté d'empêcher sa nomination en 2014, au motif qu’il était un infidèle. «Au lieu de prétendre qu'Ahok ne devrait pas être gouverneur parce qu'il est chrétien, ce qui n'a pas fonctionné, ils tentent de le présenter comme un blasphémateur qui a violé la loi», explique Marcus Mietzner, spécialiste australien de l’Indonésie, dans le New York Times.

Au-delà des accusations visant Basuki Tjahaja Purnama, c’est le pouvoir du président Joko Widodo, son soutien de longue date, qui serait visé. Ce dernier, soutien d'Ahok qui fut son adjoint quand lui-même était gouverneur de la mégapole, voit dans cette affaire une manipulation politique pour l'affaiblir. 

Le président indonésien Joko Widodo (R) félicite le nouveau gouverneur de Jakarta, le 19 novembre 2014. Ahok fut son adjoint quand lui même était gouverneur de la ville. Le président indonésien Joko Widodo (R) félicite le nouveau gouverneur de Jakarta, le 19 novembre 2014. Ahok fut son adjoint quand lui même était gouverneur de la ville. © BAY ISMOYO / AFP


Le président accuse certains «acteurs politiques» d'avoir «exploité la situation». Avant la manifestation du 2 décembre, huit personnes ont été arrêtées, dont Rachmawati Sukarnoputri, sœur de l'ancienne présidente Megawati Sukarnopruti et fille de Sukarno, premier président d'Indonésie après l'indépendance en 1945.

Comme le disait Géopolis en octobre 2014, «la dictature Suharto a tenu l'Indonésie de 1967 à 1998. Par la suite, l'élite politique est restée liée à ce mouvement. D'ailleurs, l'adversaire de Widodo (à la présidentielle, NDLR), Prabowo Subiento, est l'ex-gendre du dictateur Suharto».

Apprécié pour son travail
Ahok, premier gouverneur non musulman de la capitale depuis 50 ans et premier Indonésien d’origine chinoise à accéder à ce poste, a succédé à Joko Widodo à la tête de Jakarta.

Jusqu’à cette affaire, il était très apprécié par ses concitoyens pour son efficacité dans la gestion de la mégapole de 10 millions d’âmes, luttant contre la bureaucratie et la corruption des fonctionnaires. Et pour ses actions en faveur d’un salaire minimum, de la gratuité de l’éducation et de la santé ou contre la congestion du trafic automobile.

Une vue générale du trafic sur une route congestionnée de Jakarta, le 2 juin 2016. Une vue générale du trafic sur une route congestionnée de Jakarta, le 2 juin 2016. © BAY ISMOYO / AFP


Alors que les autorités craignent de s'opposer aux islamistes radicaux, ces derniers ferraillent devant les tribunaux. Non seulement Basuki Tjahaja Purnama pourrait perdre dans cette affaire un poste de gouverneur mais encore écoper de 5 ans de prison ferme. Il le saura le 20 avril, au lendemain du second tour de l'élection.

Par Catherine Le Brech