LA PHOTO. Kenya: l'art des machettes des «Kibera Messengers»

LA PHOTO. Kenya: l'art des machettes des «Kibera Messengers»

Mis à jour le 12/03/2018 à 11H18, publié le 11/03/2018 à 13H24

Nairobi, 6,5 millions d'habitants, est la capitale du monde qui compte le plus de bidonvilles. Au sud, celui de Kibera, le plus grand d'Afrique, s'étend sur 2,5 km² et regroupe 250.000 personnes d'ethnies différentes. Un melting-pot vivant d'expédients, dans le voisinage de quartiers bourgeois, que les autorités voudraient mettre à l'écart. Mais Kibera, ce sont aussi ses acrobates «Messengers».

Kibera a beau être l'un des quartiers les plus pauvres et les plus dangereux de Nairobi, il n'en abrite pas moins une pépinière de talents artistiques. Parmi eux, la troupe des «Kibera Messengers» s'est spécialisée dans les numéros de cirque: jongleurs, cracheurs de feu, équilibristes ... Des performances reconnues à l'extérieur du bidonville et programmées dans des festivals à l'étranger. La notoriété des «Kibera Messengers» doit servir, selon eux, à donner une meilleure image de la vie dans les taudis de la capitale kényane. 
Jonglage spectaculaire et risqué dans les rues du bidonville de Kibera.

Kibera a beau être l'un des quartiers les plus pauvres et les plus dangereux de Nairobi, il n'en abrite pas moins une pépinière de talents artistiques. Parmi eux, la troupe des «Kibera Messengers» s'est spécialisée dans les numéros de cirque: jongleurs, cracheurs de feu, équilibristes ... Des performances reconnues à l'extérieur du bidonville et programmées dans des festivals à l'étranger. La notoriété des «Kibera Messengers» doit servir, selon eux, à donner une meilleure image de la vie dans les taudis de la capitale kényane. 

© YASUYOSHI CHIBA / AFP

Véronique le Jeune