LA PHOTO. Kenyatta et Odinga s'engagent à construire «un Kenya fort et uni»

LA PHOTO. Kenyatta et Odinga s'engagent à construire «un Kenya fort et uni»

Publié le 09/03/2018 à 17H29

Une rencontre pour sceller leur union. Le président kényan Uhuru Kenyatta et son rival politique Raila Odinga, leader de la coalition de l'opposition, National Super Alliance (NASA), se sont entretenus pour la première fois en tête à tête, depuis la présidentielle d'août 2017 et le scrutin présidentiel d'octobre 2017 qui ont plongé le pays dans une nouvelle crise politique.

Uhuru Kenyatta et Raila Odinga prennent la pose pour immortaliser le front uni qu'ils veulent désormais présenter. Dans un communiqué conjoint publié à l'issue de leur rencontre à Harambee House, le 9 mars 2018, le président kényan et le leader de l'opposition ont souligné qu'ils étaient «fiers d'être kényans, de se retrouver comme amis et compatriotes dans le grand travail de construction d'un Kenya fort et uni», rapporte le «Daily Nation». Les deux responsables politiques sont «déterminés», disent-ils, à mettre fin aux «mêmes expériences de division que le pays» vit depuis 1963, date de son indépendance. Leur vision commune pour le Kenya sera déclinée dans un programme qui devrait être rendu public prochainement.
Des sourires et une vigoureuse poignée de main.

Uhuru Kenyatta et Raila Odinga prennent la pose pour immortaliser le front uni qu'ils veulent désormais présenter. Dans un communiqué conjoint publié à l'issue de leur rencontre à Harambee House, le 9 mars 2018, le président kényan et le leader de l'opposition ont souligné qu'ils étaient «fiers d'être kényans, de se retrouver comme amis et compatriotes dans le grand travail de construction d'un Kenya fort et uni», rapporte le «Daily Nation». Les deux responsables politiques sont «déterminés», disent-ils, à mettre fin aux «mêmes expériences de division que le pays» vit depuis 1963, date de son indépendance. Leur vision commune pour le Kenya sera déclinée dans un programme qui devrait être rendu public prochainement.

© REUTERS/THOMAS MUKOYA

Par Falila Gbadamassi