Le Kushti, la lutte indienne : un sport et un art de vivre

Le Kushti, la lutte indienne : un sport et un art de vivre

Publié le 11/05/2017 à 17H35

En Inde, le Kushti appelé aussi Pehlwani est la forme traditionnelle de la lutte indienne. Aujourd’hui, ce sport est moins pratiqué par la jeunesse qui préfère le football. Mais il continue d’avoir de nombreux adeptes à travers le pays. Plus qu’un sport, c’est un véritable art de vivre et une quête spirituelle.

9 photos de Bi Xiaoyang illustrent ce propos
Vieille de dix siècles, elle s’est propagée jusqu'en Inde sous la domination des Moghols (1526-1857). Babur, le premier empereur moghol, la pratiquait déjà. Cet art martial s’est alors mêlé à une autre forme de lutte, le malla-yuddha, pour devenir le kushti que l’on pratique encore aujourd’hui. 
1 / 9 Cette forme de lutte puise ses origines en Perse.

Vieille de dix siècles, elle s’est propagée jusqu'en Inde sous la domination des Moghols (1526-1857). Babur, le premier empereur moghol, la pratiquait déjà. Cet art martial s’est alors mêlé à une autre forme de lutte, le malla-yuddha, pour devenir le kushti que l’on pratique encore aujourd’hui. 

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
durent souvent plusieurs mois et s’étalent sur plusieurs années. Les pratiquants vivent alors comme des ascètes. Pas d’alcool, pas de tabac et pas de sexe. L’alimentation est strictement contrôlée : amandes mélangées à du lait, ghi (beurre clarifié), œufs, galettes de pain, bananes et parfois viande. Le réveil a lieu à 3 heures du matin et le coucher à 20 heures.
2 / 9 Les périodes de formation pour devenir lutteur professionnel,

durent souvent plusieurs mois et s’étalent sur plusieurs années. Les pratiquants vivent alors comme des ascètes. Pas d’alcool, pas de tabac et pas de sexe. L’alimentation est strictement contrôlée : amandes mélangées à du lait, ghi (beurre clarifié), œufs, galettes de pain, bananes et parfois viande. Le réveil a lieu à 3 heures du matin et le coucher à 20 heures.

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
la grande majorité des pratiquants la commence à l’adolescence où ils sont envoyés dans un akhara, une école de lutte équivalente aux dojos japonais. Les instructeurs sont pour la plupart des adultes qui peuvent parfois être âgés de 70 ans.
3 / 9 Si la lutte peut s’apprendre dès l’âge de six ans,

la grande majorité des pratiquants la commence à l’adolescence où ils sont envoyés dans un akhara, une école de lutte équivalente aux dojos japonais. Les instructeurs sont pour la plupart des adultes qui peuvent parfois être âgés de 70 ans.

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
sont un mélange de mouvements de yoga, de gymnastique et d’exercices de musculation. Comme dans tous les arts martiaux, l’important n’est pas la force physique. 
4 / 9 Les exercices d’échauffement

sont un mélange de mouvements de yoga, de gymnastique et d’exercices de musculation. Comme dans tous les arts martiaux, l’important n’est pas la force physique. 

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
Avant de commencer le combat, chaque lutteur recouvre le corps de son adversaire de terre ocre ou rouge mélangée à du sel, du citron, et du ghi, pour avoir une meilleure prise. 
5 / 9 Les pelwhans (lutteurs) sont vêtus d'un simple langot (pagne).

Avant de commencer le combat, chaque lutteur recouvre le corps de son adversaire de terre ocre ou rouge mélangée à du sel, du citron, et du ghi, pour avoir une meilleure prise. 

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
Le sol est fait de terre battue et d'argile. De l’huile et de l’eau y sont ajoutées pour rendre la terre plus souple. Pour éviter que les athlètes ne se blessent, les pierres sont soigneusement retirées.
6 / 9 Les combats s’effectuent dans une arène carrée ou circulaire.

Le sol est fait de terre battue et d'argile. De l’huile et de l’eau y sont ajoutées pour rendre la terre plus souple. Pour éviter que les athlètes ne se blessent, les pierres sont soigneusement retirées.

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
Fils de bonne famille ou de paysans, quelle que soit sa caste, chacun doit respecter l’autre. L’agressivité est strictement bannie. 
7 / 9 Le combat corps-à-corps abolit les différences de classes.

Fils de bonne famille ou de paysans, quelle que soit sa caste, chacun doit respecter l’autre. L’agressivité est strictement bannie. 

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
et peuvent parfois être prolongés de dix minutes. Le but est de faire toucher au sol les deux épaules et les hanches de son adversaire. Il est interdit de frapper. A la fin, le massage mutuel fait partie intégrante du rituel.
8 / 9 Les combats durent une demi-heure

et peuvent parfois être prolongés de dix minutes. Le but est de faire toucher au sol les deux épaules et les hanches de son adversaire. Il est interdit de frapper. A la fin, le massage mutuel fait partie intégrante du rituel.

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA
et accéder à un niveau international. Après avoir abandonné le sport, beaucoup espèrent obtenir les postes de fonctionnaires qu’offrent le gouvernement à ses anciens athlètes. Mais les postes sont rares et la plupart finiront agents de sécurité ou vendeurs. D’autres, plus chanceux rejoindront des clubs de sports.
9 / 9 Certains jeunes veulent devenir lutteurs professionnels

et accéder à un niveau international. Après avoir abandonné le sport, beaucoup espèrent obtenir les postes de fonctionnaires qu’offrent le gouvernement à ses anciens athlètes. Mais les postes sont rares et la plupart finiront agents de sécurité ou vendeurs. D’autres, plus chanceux rejoindront des clubs de sports.

© BI XIAOYANG/ XINHUA/SIPA

Par Laurent Filippi