Le milliardaire algérien Issad Rebrab veut créer 1000 emplois en France

Le 7 novembre 2018, Emmanuel Macron et Issad Rebrab visitent le futur site dans les Ardennes de EvCon, la filiale de Cevital.
Le 7 novembre 2018, Emmanuel Macron et Issad Rebrab visitent le futur site dans les Ardennes de EvCon, la filiale de Cevital. © FRANCOIS MORI / POOL / AFP

Le milliardaire algérien Issad Rebrab veut créer 1000 emplois en France

Publié le 07/11/2018 à 14H42

C’est une annonce spectaculaire que vient de faire Issad Rebrab, le patron du groupe algérien Cevital. L’implantation d’une usine de fabrication de matériel de traitement de l’eau dans un bâtiment désaffecté d’un site du groupe PSA à Charleville-Mézières, dans les Ardennes.


«C'est un beau projet qui a vocation à créer à court terme des dizaines d'emplois», a commenté l'Elysée. Issad Rebrad va même plus loin et annonce jusqu’à un millier d’emplois à terme. Cevital a développé à travers sa filiale allemande EvCon une nouvelle technologie de traitement de l’eau. Elle produit, selon le groupe, «une eau ultra pure», «10 fois plus que ce qui est appliqué dans la technologie actuelle de par le monde». Comme l’explique le groupe sur son site, le traitement se fait par vaporisation à travers une membrane ultra filtrante hydrophobe.

Les débouchés de cette technologie sont multiples. Ils vont de l’industrie pharmaceutique à l’exploitation pétrolière, en passant par le dessalement de l’eau de mer. EvCon rappelle que seulement 0,03% de l’eau sur Terre est disponible à la consommation.
 
Issad Rebrab
Plus que jamais avec cet investissement, l’industriel algérien fait figure de Saint-Bernard de l’industrie française. Issad Rebrab dirige le premier groupe privé algérien. Il emploie 18.000 personnes à travers 26 filiales. Cevital s’est fait connaître du grand public français en 2014 en rachetant le groupe d’électroménager Fagor-Brandt.

Là où l’Espagnol Fagor a échoué en rachetant Brandt, Issad Rebrab va utiliser une autre stratégie. Garder en France les produits à haute valeur ajoutée, et donc à prix de vente élevés, et produire en Algérie les produits courants. Grâce aux marques prestigieuses comme Vedette, De Dietrich, Sauter, les usines de Vendôme et Orléans sont conservées et 1200 personnes gardent leur emploi.

EmmanuelMacron inaugure de nouveaux projets de #Cevital en #France : RDV demain à Charleville-Mézières dans les #Ardennes !»)

La même logique de délocalisation sélective est appliquée chez Oxxo, entreprise française de menuiserie en PVC. En juin 2013, Issad Rebrab rachète l’usine et conserve 288 des 406 collaborateurs. En 2014, l’usine est en grève et les syndicats accusent l’Algérien de piller le savoir-faire pour ouvrir un site dans son pays. Aujourd’hui, le groupe avance une production de 200.000 fenêtres sur le site français et de dix fois plus dans l’usine algérienne d’Ain Taghrout. La synergie a permis de conserver les emplois en France.

Quant à l’investissement majeur annoncé à Charleville-Mézières, aucun chiffrage n’a encore été publié. Il s’agit d’y fabriquer des membranes filtrantes et des stations de production d’eau ultra pure. Une nouvelle fois, Issad Rebrab reste fidèle à son principe: «Le réinvestissement systématique des gains dans des secteurs porteurs à forte valeur ajoutée.»

Par Jacques Deveaux