Plus de 70 pays continuent à pénaliser l'homosexualité

Un couple homosexuel lors d'une manifestation en Pologne le 13  mai 2017.
Un couple homosexuel lors d'une manifestation en Pologne le 13  mai 2017. © Beata Zawrzel / NurPhoto

Plus de 70 pays continuent à pénaliser l'homosexualité

Mis à jour à 17h39, publié le 17/05/2017 à 16H49

Le 17 mai marque la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie. Dans plus de 70 pays du monde, l'homosexualité est un crime. Les lois prévoient une amende, la prison, et même la peine de mort.


La Tunisie fait partie des huit pays qui ont imposé ces dernières années un examen anal à des hommes pour vérifier leur orientation sexuelle. On l'appelle «le test de la honte». «L'usage de ce test forcé est une torture. C’est dégradant, c'est inhumain», explique Nicholas Opiyo, avocat spécialisé dans la défense des droits humains.

En avril 2017, l'ordre des médecins tunisiens s'est opposé à cette pratique discriminatoire et non scientifique. «C'est tout simplement le plus grand mensonge jamais fabriqué dans l'histoire de la médecine. On ne peut pas prouver qu'une personne est gay par aucun de ces examens, pas du tout», souligne Sami Kawas, médecin légiste. 


 VIDEO «C'est quoi au juste»diffusé sur FranceInfo le 17 mai 2017


Ces dérives sont validées, en quelque sorte, par des lois archaïques.

Selon le Code pénal tunisien, l'homosexualité entre adultes consentants est un crime. Ces personnes encourent jusqu'à trois ans de prison. Des associations réclament l'abrogation de la loi, mais pour les autorités ce n'est pas une priorité.

Peine de mort
La Tunisie est un exemple parmi tant d'autres. Plus de 70 pays, notamment en Afrique et en Asie, ont des lois qui punissent les relations homosexuelles.
La justice prévoit des condamnations allant de quelques mois à plusieurs années d'emprisonnement. Dans les pays soumis aux codes de la charia, la loi islamique, l'homosexualité est passible de la peine de mort comme en Arabie Saoudite, au Yémen, en Iran ou encore au Qatar. Heureusement, la loi n'est pas systématiquement appliquée mais sa seule existence représente une menace pour les homosexuels.

Des organisations de défense de droits de l'Homme luttent pour en finir avec ces lois qui cautionnent l'homophobie. Elles militent pour une dépénalisation universelle de l'homosexualité qui doit passer par l'ONU.
 

Par Eléonore Abou Ez