Près d'Abidjan, de nouveaux logements sociaux voient le jour

Près d'Abidjan, de nouveaux logements sociaux voient le jour

Publié le 05/01/2018 à 16H16

Fin décembre 2017, plus de 4.000 familles ivoiriennes ont pu acquérir des appartements dans les Résidences Akwaba, au nord d'Abidjan, grâce au programme favorisant les logements sociaux mis en place par le gouvernement en 2012. Les immeubles ont été réalisés par 16 promoteurs sur quatre localités (Anyama, Grand-Bassam, Bingerville, Azito) proches de la capitale économique.

à Ebimpé, dans la commune d’Anyama, le ministre ivoirien du Logement et le Premier ministre ont remis symboliquement les clés de leurs futurs habitats à 4.003 bénéficiaires. «D'ici juin prochain, ce sont au total près de 10.000 logements qui seront livrés pendant que d'autres nouveaux chantiers verront le jour», a déclaré Claude Isaac Dé, le ministre du Logement. Les prix de ces habitations varient. Ils ne dépassent pas 12 millions de FCFA (18.000 euros) pour ceux dits «sociaux» et 23 millions de FCFA (35.000 euros) pour les logements «économiques».
1 / 7 Le 28 décembre 2017,

à Ebimpé, dans la commune d’Anyama, le ministre ivoirien du Logement et le Premier ministre ont remis symboliquement les clés de leurs futurs habitats à 4.003 bénéficiaires. «D'ici juin prochain, ce sont au total près de 10.000 logements qui seront livrés pendant que d'autres nouveaux chantiers verront le jour», a déclaré Claude Isaac Dé, le ministre du Logement. Les prix de ces habitations varient. Ils ne dépassent pas 12 millions de FCFA (18.000 euros) pour ceux dits «sociaux» et 23 millions de FCFA (35.000 euros) pour les logements «économiques».

© SIA KAMBOU / AFP
est primordial pour le gouvernement. Six millions d’habitants vivent dans la capitale économique, soit 40% de la population urbaine du pays. Mais cette explosion démographique n’est pas en phase avec l'urbanisation du pays. Pour remédier à ce problème tout en facilitant l'accès à la propriété, le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) a mis en place en 2012 un programme de construction de logements sociaux et économiques, en partenariat avec le promoteur immobilier marocain, le Groupe Alliances.
2 / 7 Donner accès à la propriété à des ménages à faibles revenus

est primordial pour le gouvernement. Six millions d’habitants vivent dans la capitale économique, soit 40% de la population urbaine du pays. Mais cette explosion démographique n’est pas en phase avec l'urbanisation du pays. Pour remédier à ce problème tout en facilitant l'accès à la propriété, le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) a mis en place en 2012 un programme de construction de logements sociaux et économiques, en partenariat avec le promoteur immobilier marocain, le Groupe Alliances.

© SIA KAMBOU / AFP
la demande en logements s’est accentuée ces dernières années. Au départ, 60.000 logements ont été prévus sur cinq ans, mais trois ans plus tard, en 2015, le chiffre a été réajusté. 150.000 logements sont attendus en 2020. Aujourd’hui, le pays estime à environ 400.000 unités, le déficit annuel en logements. Pour y remédier, l'Etat ivoirien a eu recours à des opérateurs privés pour stimuler l'investissement privé. 
3 / 7 Sous la pression de la croissance démographique et de la forte urbanisation,

la demande en logements s’est accentuée ces dernières années. Au départ, 60.000 logements ont été prévus sur cinq ans, mais trois ans plus tard, en 2015, le chiffre a été réajusté. 150.000 logements sont attendus en 2020. Aujourd’hui, le pays estime à environ 400.000 unités, le déficit annuel en logements. Pour y remédier, l'Etat ivoirien a eu recours à des opérateurs privés pour stimuler l'investissement privé. 

© SIA KAMBOU / AFP
le gouvernement a adopté en mai 2017 une ordonnance qui «accorde une exonération de 50% de l’impôt sur les bénéfices aux entreprises constituées pour exécuter un programme de construction de logements à caractère économique et social. (Et) subordonnée à la réalisation d’un programme de construction d’un minimum de 250 logements (…) dans le district autonome d’Abidjan, de 25 logements pour les programmes en dehors du district et de 10 logements en zone rurale», explique le site Koaci.com. Avec cette mesure, le gouvernement entend également parvenir progressivement à la réduction des coûts des loyers. 
4 / 7 Pour inciter les entreprises à réaliser des investissements dans le secteur,

le gouvernement a adopté en mai 2017 une ordonnance qui «accorde une exonération de 50% de l’impôt sur les bénéfices aux entreprises constituées pour exécuter un programme de construction de logements à caractère économique et social. (Et) subordonnée à la réalisation d’un programme de construction d’un minimum de 250 logements (…) dans le district autonome d’Abidjan, de 25 logements pour les programmes en dehors du district et de 10 logements en zone rurale», explique le site Koaci.com. Avec cette mesure, le gouvernement entend également parvenir progressivement à la réduction des coûts des loyers. 

© SIA KAMBOU / AFP
et des réseaux. 2.000 hectares de terrains sur l’ensemble du territoire national ont été dédiés à ce projet. Mais malgré les efforts du gouvernement, la réalisation des habitats est largement en deçà des objectifs, car seuls 4.782 ont été achevés entre 2016 et 2017. 10.000 sont en cours de réalisation. Le gouvernement ivoirien souhaite en construire 30.000 par an à partir de 2018.
5 / 7 35 milliards de FCFA ont été injectés dans la réalisation des travaux de voiries

et des réseaux. 2.000 hectares de terrains sur l’ensemble du territoire national ont été dédiés à ce projet. Mais malgré les efforts du gouvernement, la réalisation des habitats est largement en deçà des objectifs, car seuls 4.782 ont été achevés entre 2016 et 2017. 10.000 sont en cours de réalisation. Le gouvernement ivoirien souhaite en construire 30.000 par an à partir de 2018.

© SIA KAMBOU / AFP
explique sur RFI que les premières années n'ont pas été faciles: «Il y a eu des difficultés, car il a fallu tirer l'électricité et l'eau potable sur des kilomètres sur certains sites. Et en tant qu'Etat, on n’a pas su pour certains opérateurs les accompagner suffisamment. L'Etat a un rôle dans la délivrance des titres de propriété, la rédaction de cahier des charges. Mais aussi l'encadrement des chantiers.» 
6 / 7 Le ministre Claude Isaac Dé,

explique sur RFI que les premières années n'ont pas été faciles: «Il y a eu des difficultés, car il a fallu tirer l'électricité et l'eau potable sur des kilomètres sur certains sites. Et en tant qu'Etat, on n’a pas su pour certains opérateurs les accompagner suffisamment. L'Etat a un rôle dans la délivrance des titres de propriété, la rédaction de cahier des charges. Mais aussi l'encadrement des chantiers.» 

© SIA KAMBOU / AFP
l’aménagement foncier (viabilisation des terrains nus), la réalisation d’infrastructures marchandes et les infrastructures de soutien à l’économie que l’Etat lui-même ambitionne de réaliser dans le périmètre du projet Akwaba City. Cette future ville intelligente et écologique devrait accueillir d’ici 2030 plus de six millions d’habitants», précise le site Abidjan.net. Les prix de ces habitations varient. 
7 / 7 «L’Etat ivoirien ne souhaite pas porter seul ce vaste projet qui comprend,

l’aménagement foncier (viabilisation des terrains nus), la réalisation d’infrastructures marchandes et les infrastructures de soutien à l’économie que l’Etat lui-même ambitionne de réaliser dans le périmètre du projet Akwaba City. Cette future ville intelligente et écologique devrait accueillir d’ici 2030 plus de six millions d’habitants», précise le site Abidjan.net. Les prix de ces habitations varient. 

© SIA KAMBOU / AFP

Par Laurent Filippi