Sénégal: qui sont les mourides qui pleurent la mort de leur 7e khalife général?

Touba, ville sainte des mourides, en 2012
Touba, ville sainte des mourides, en 2012 © ISSOUF SANOGO / AFP

Sénégal: qui sont les mourides qui pleurent la mort de leur 7e khalife général?

Mis à jour à 15h17, publié le 10/01/2018 à 15H04

Le Sénégal est en deuil après le décès, dans la nuit du 9 au 10 janvier 2018, du septième khalife général des mourides, Serigne Sidy Mokhtar Mbacke. Petit-fils du fondateur du mouridisme, Cheikh Amadou Bamba, le khalife avait 92 ans.


La presse sénégalaise lui a consacré la Une en ce mercredi 10 janvier 2018. La disparition de Serigne Sidy Mokhtar Mbacke, septième khalife général des mourides, a endeuillé tout le pays. Erudit, le petit-fils du fondateur du mouridisme jouissait d’un grand respect au Sénégal. «Unificateur», «serviteur», «défenseur des opprimés»... les médias locaux ne tarissent pas d’éloges sur le «vieux sage», qui était âgé de 92 ans. 


«J'ai reçu de mon Seigneur l'ordre de mener les hommes vers Dieu, le très haut. Ceux qui veulent prendre cette voie n'ont qu'à me suivre. Quant aux autres qui ne désirent que l'instruction, le pays dispose d'assez de lettrés. Allez auprès de ceux que vous voulez!», ainsi se serait adressé à ses fidèles, en 1882, Cheikh Amadou Bamba en créant le mouridisme. Cheikh Ahmadou Bamba a introduit le soufisme et les traditions wolof dans l’islam traditionnel, tel que pratiqué au Sénégal. La confrérie des mourides est apparue après le tijanisme au Sénégal et en Gambie. 


Les fidèles effectuent un pèlerinage annuel dans la ville sainte de Touba, au centre du Sénégal, fondée par Cheikh Ahmadou Bamba. Le Magal est une fête qui coïncide chaque année avec la célébration du départ en exil forcé au Gabon, en 1895, de cheikh Ahmadou Bamba par les autorités coloniales françaises. 


Au fil des années, le chef des mourides est devenu une personnalité morale incontournable au Ségénal. Les hommes politiques, de toutes tendances, n'hésitent pas à s'afficher avec lui. Parmi les personnalités mourides les plus connues, l'ancien président Abdoulaye Wade et l'artiste Youssou Ndour, qui a composé un hymne au mouridisme (Touba Darou salam). 

Vidéo mise en ligne le 9 avril 2017

 

Par Géopolis