Syrie: le pilote de l'attaque chimique de Khan Cheikhoun identifié sur la toile?

Capture du tweet de Farès Shehabi, montrant le général Mohamed Hasouri (G),félicité par le chef d'état-major syrien, Ali Abdallah Ayoub (D), pour son bombardement contre une position militaire d'al-Qaïda à Khan Cheikhoun. Un tweet retiré depuis.
Capture du tweet de Farès Shehabi, montrant le général Mohamed Hasouri (G),félicité par le chef d'état-major syrien, Ali Abdallah Ayoub (D), pour son bombardement contre une position militaire d'al-Qaïda à Khan Cheikhoun. Un tweet retiré depuis. © Capture du tweet de Fares Shehabi, reproduit par le quotidien libanais «Annahar»

Syrie: le pilote de l'attaque chimique de Khan Cheikhoun identifié sur la toile?

Mis à jour à 10h59, publié le 12/04/2017 à 10H32

Un pilote syrien reconnu par des opposants sur des images circulant sur internet serait responsable de l'attaque chimique contre la localité de Khan Cheikhoun. Selon «The Times» qui a relayé l'information, il s'agit du général Mohamed Hasouri qu'on peut voir se faisant féliciter par le chef d'état-major syrien pour la destruction de cellules d'al-Qaïda. Le tweet qui a révélé la photo a été retiré.

 
Un étrange tweet, repris par le très sérieux quotidien britannique The Times et relayé par le non moins sérieux quotidien libanais Annahar a fait ces derniers jours une apparition-disparition sur la toile.

Le chef d'état-major syrien félicite un pilote pour son attaque contre une base d'al-Qaïda 
On pouvait y voir la photo de militaires devant un portrait d'Hafez al-Assad, le père de Bachar, accompagnée de la légende suivante: «Le chef d’état-major syrien remercie le pilote Haytham Hasouri pour la destruction de cellules militaires d’al-Qaïda à Khan Cheikhoun, Idlib.»
 
Selon The Times, sur cette photo publiée sous la signature de Fares Shehabi, député d’Alep au Parlement syrien et président de la Fédération syrienne de l'industrie, le pilote qui reçoit les félicitations du général Ali Abdallah Ayoub ne serait autre que l’auteur du bombardement de Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017, dans la province d'Idllib. 

L'attaque, qui a fait 86 morts et 160 blessés par atteintes respiratoires, a révélé l'usage de gaz chimique. Pointés du doigt par la communauté internationale, Damas et Moscou contestent. Ils reconnaissent un bombardement par le régime, mais qui aurait atteint un dépôt d'armes chimiques des «terroristes» d'al-Nosra (ex-al-Qaïda).

Dans son tweet, Farès Shehabi parle d'un dénommé Haytham Hasouri, mais selon The Times, au vu des photos, il s'agirait bien en réalité de Mohamed Hasouri, un chef de l'armée de l'air, responsable du bombardement contesté. 

L'opposition reconnaît le pilote sur des images du ministère de la Défense
A l’origine de cette affirmation, des membres de l’opposition syrienne qui ont reconnu le pilote en question sur une vidéo du ministère syrien de la défense postée sur YouTube et filmée lors de la tournée d’inspection du chef d’état major à l’aéroport de Chaayrat après la frappe américaine. La scène assez furtive se situe à 2 minutes 27 dans la vidéo ci-dessous.

Visite du chef d'état-major syrien, Ali Abdallah Ayoub, à l'aéroport de Chaayrat. Document du ministère syrien de la défense sur YouTube.

 
Issu de la communauté alaouite, celle de la famille Assad, Hasouri serait originaire de la localité de Tall Kalakh près de la frontière libanaise. Il aurait effectué une attaque similaire le 30 mars contre la localité d’al-Latamné, faisant 70 blessés par atteintes respiratoires, mais sans faire de morts.
 
Bien qu'accréditant la thèse du régime, le tweet de Farès Shehabi a disparu depuis, mais une capture d'écran du compte s’est propagée sur Twitter et Facebook. Elle a même été suivie d’une autre information, tout aussi étrange et difficilement vérifiable, selon laquelle Hasouri aurait été tué par l’explosion d’une bombe dans sa voiture.

Par Alain Chemali