LA PHOTO. Tunisie : des pêcheurs bloquent le «bateau du racisme» à Zarzis

LA PHOTO. Tunisie : des pêcheurs bloquent le «bateau du racisme» à Zarzis

Mis à jour le 08/08/2017 à 18H02, publié le 08/08/2017 à 13H38

Les pêcheurs tunisiens l'ont surnommé «le bateau du racisme». Ils ont décidé de ne pas le ravitailler dans le port de Zarzis, au sud-est de Sfax. Le C-Star est un navire de militants anti-migrants allemands, français et italiens en lutte contre le trafic de migrants au large de la Libye. Ils entendent faire en sorte que les migrants secourus au large de la Libye soient reconduits en Afrique.

«A tous les agents et employés des ports tunisiens: ne laissez pas le bateau du racisme souiller les ports de Tunisie. Expulsez-le». C'est l'appel lancé sur Facebook par le puissant syndicat tunisien UGTT, prix Nobel de la paix en 2015. Loué à Djibouti par le groupe d'extrême droite «Génération identitaire», grâce à une collecte de fonds sur internet qui a récolté 200.000 dollars depuis la mi-mai, ce navire de 40 mètres a déjà rencontré des difficultés avec les autorités au canal de Suez en Egypte et lors d'autres ravitaillements à Chypre et dans un port grec. Sur ses flancs, le navire arbore deux immenses banderolles proclamant en anglais «stop au trafic d'être humains" et «vous ne ferez pas de l'Europe votre foyer». Ils demandent aux ONG présentes de quitter la zone de secours.
Pêcheurs tunisiens dans le port de Zarzis le 6 août 2017

«A tous les agents et employés des ports tunisiens: ne laissez pas le bateau du racisme souiller les ports de Tunisie. Expulsez-le». C'est l'appel lancé sur Facebook par le puissant syndicat tunisien UGTT, prix Nobel de la paix en 2015. Loué à Djibouti par le groupe d'extrême droite «Génération identitaire», grâce à une collecte de fonds sur internet qui a récolté 200.000 dollars depuis la mi-mai, ce navire de 40 mètres a déjà rencontré des difficultés avec les autorités au canal de Suez en Egypte et lors d'autres ravitaillements à Chypre et dans un port grec. Sur ses flancs, le navire arbore deux immenses banderolles proclamant en anglais «stop au trafic d'être humains" et «vous ne ferez pas de l'Europe votre foyer». Ils demandent aux ONG présentes de quitter la zone de secours.

© PHOTO AFP¨/FATHI NASRI

Par Martin Mateso